Rejoingnez nous

Actualités

L’évolution croissante de la part relative des dépenses de la sécurité alimentaire, nutritionnelle et d’agriculture durable (SANAD) dans les dépenses totales de l’Etat montre que la sécurité alimentaire et nutritionnelle constitue une « priorité majeure » du gouvernement du Sénégal, a indiqué, lundi à Dakar, le représentant intérimaire de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Reda Lebtahi. « La sécurité alimentaire et nutritionnelle constitue une priorité majeure du gouvernement du Sénégal comme le montre l’évolution croissante de la part relative des dépenses de la sécurité alimentaire, nutritionnelle et d’agriculture durable dans les dépenses totales de l’Etat » a souligné Reda Lebtahi, rapporte l’APS

Des responsables du Comité national de l’initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) de la République Démocratique du Congo (RDC) ont effectué une mission de quatre jours à Dakar pour s’imprégner de l’expérience du Sénégal en matière de mise en œuvre de la Norme ITIE 2016, a-t-on appris de source officielle, selon l’APS

Ce voyage d’étude au Sénégal, écrit un communiqué du Comité national de l’ITIE du Sénégal, « s’inscrit dans le cadre de la préparation du processus d’évaluation des progrès accomplis par la RDC en matière de mise en œuvre des exigences de la Norme ITIE, communément appelé Validation ».

Le Sénégal a, en effet, « obtenu le statut de Pays ayant accompli des progrès satisfaisants dans la mise en œuvre de la Norme ITIE, à l’issue de son processus de validation qui a démarré en juillet 2017 », rappelle le texte

Il renseigne que, dans le cadre de ce voyage d’étude, la délégation de l’ITIE RDC a rencontré les membres du secrétariat technique de l’ITIE Sénégal, les membres du Groupe multipartite (GMP), le ministère des Mines et de la Géologie, les organisations de la société civile, la chambre des mines et le conseiller spécial du Premier ministre.

La délégation de la RDC et les parties prenantes sénégalaises ont abordé plusieurs questions liées à la gouvernance du GMP, à l’engagement de l’Etat, du privé et des OSC et au processus de fiabilisation des Rapports ITIE surtout avec l’implication de la Cour des Comptes.

Les questions liées à l’accès à l’information, au débat public, aux avancées du Sénégal en matière de divulgation systématique des identités des propriétaires réels des compagnies, au renforcement de capacités des acteurs, ont aussi été au cœur des échanges. Un accent particulier a été mis sur le processus de collecte de la documentation dans le cadre de la validation.

« Dans le cadre de notre validation qui va intervenir incessamment, nous sommes venus apprendre de l’expérience de la République du Sénégal qui a accompli des progrès satisfaisants dans la mise en œuvre de la Norme ITIE », a déclaré Me Théodore Mpiana, coordonnateur adjoint du Comité national de l’ITIE RDC, cité dans le comuniqué.

Cliquez ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revue de presse

PUB POUR DON

Publicité e

Vidéos

PLUS DANS LA RUBRIQUE Actualités